La branche en «Y»

Partage:

La fourche magique

OH, quel titre! Il vous vient plein de choses en tête… C’est à la limite déplacé, voire condescendant…

Je recommence…

 

La branche en «Y»

 

C’est souvent dans la simplicité qu’on résout bien des problèmes. Parfois il suffit de lever les yeux pour trouver la solution avec la matière à notre disposition… en toute débrouillardise.

Explorons ici les possibilités qu’offre la branche en «Y» pour la vie/bushcraft/survie en forêt, qui nous permet une multitude de possibilités.

Bâton de marche… Coupez une branche de longueur correspondante à votre morphologie afin que votre main de maintient appuie sur le «Y». Cette perche servira entre autres à vous offrir un bon appui mais aussi à atteindre du combustible inaccessible avec son crochet.

Crochet pour gamelle… Voici un moyen de manœuvrer votre gamelle en toute sécurité au-dessus de votre feu en saisissant l’anse de votre gamelle.

Support à cuisson… Vous avez besoin d’un support horizontal au-dessus de votre feu afin d’y maintenir votre gamelle? Plantez une branche en «Y» de chaque côté du feu (de même longueur) et déposez-y une perche horizontale.

Crochet à pot pour cuisson… Voici un autre genre de support à gamelle qui peut être tout aussi utile. Utilisez le «Y» inversé accroché au bâton vertical du support à cuisson. Entaillez la longue patte du «Y» afin d’y accrocher l’anse de votre gamelle au-dessus du feu.

Manipuler une gourde… Celle-ci est déjà dans le feu (naturellement, elle est en acier inoxydable) et vous voulez la retirer sans vous bruler les doigts. Incérez le «Y» par le dessus de la gourde. L’une des fourches doit être courte et flexible. Elle s’emboitera parfaitement une fois le goulot passé. Il ne restera plus qu’à la soulever pour la retirer du feu.

Tamis ou fourche pour pain, saucisse et guimauve. Simplement aiguisée ou repliée sur elle-même afin de créer un tamis de cuisson. Utilisez du bois vert afin qu’il résiste à la cuisson sans prendre feu.

Fourchette… Le noisetier se prête bien à cet exercice. Suffit de bien sélectionner l’écartement et la dimension du «Y» et d’y aiguiser les pointes. Ça vous permettra de manger sans vous salir les mains.

Pièce de piège… Afin de bien maintenir certaines composantes de piège Paiute ou sous tension, le «Y» est essentiel. C’est en effet le «Y» qui maintient l’ensemble du poids et le déclencheur…

http://survieboreale.com/wp/le-piege-paiute/

Séchoir… Planté verticalement à même le sol et près d’un feu serait la patère idéale. N’oubliez pas que c’est votre main nue qui dicte la distance entre le feu et vos vêtements. Si c’est trop chaud pour celle-ci, éloignez votre séchoir.

Crochet sur arbre… Vous voulez accrocher à un arbre vos vêtements ou votre sac à dos à un endroit spécifique sur l’arbre? Coupez-vous un «Y» de 2,5cm de diamètre. Fendez en deux l’une des pattes du «Y» afin de créer un plat. C’est ce plat qui appuiera sur l’arbre. Encochez le haut et le bas de la partie fendu du «Y». Ces fentes permettront le passage de paracorde et maintiendra votre nouveau crochet à l’arbre.

Fouet… Je ne parle pas ici de flagellation mais bel et bien de mélanger. Il s’agit en fait de faire rouler entre ses mains un «Y» (tête vers le bas) dans un mélange voulu. Naturellement le «Y» doit être très fin pour entrer dans un contenant. À la limite, ça peut presque mousser du lait.

Piquet de tente… Vous avez cassé deux piquets de votre tente en l’installant sur un sol plutôt dense et compacté. Créez-vous des piquets à partir de «Y» comme solution alternative. Une longue patte légèrement affutée afin qu’elle pénètre au sol et l’autre plus courte afin de retenir la sangle de votre tente.

Démarrage de feu… Un «Y» recueilli à même un arbre mort peut faire une excellente base afin de démarrer un feu. En déposant à plat le «Y», vous pourrez initier celui-ci entre les deux pattes tout en y déposant des brindilles sur le dessus. Le «Y» oxygènera naturellement les flammes qui s’étendront au reste du combustible. Déposez-y une casserole afin de cuisiner.

Pince… C’est à partir d’un fin «Y» flexible à longues pattes qu’il sera possible de coincer un objet et de le déplacer, tel un champignon polypore brulant.

Trouver de l’eau… Pour ceux qui ont eu le don de trouver de l’eau comme sourcier. C’est en utilisant une fourche de noisetier que ceux-ci parviennent, en se déplaçant sur un terrain, à trouver la source d’eau…mais non, ce n’est pas donné à tous.

Lance-pierre… Qui d’entre vous n’a jamais confectionné un fameux « Slingshot »? un «Y», deux bandes élastiques montées sur un «Y» de bois et un tamis fait de cuir, tissus, plastique ou autre. Accessoire de chasse de courte portée sous-estimé avec des projectiles, pratiquement à l’infini.

http://survieboreale.com/wp/ameliorer-son-tir-au-lance-pierre-en-6-etapes-faciles/

Retirer des piquets de tente… De bonne dimension, la branche pourra vous servir de pied de biche pour retirer les piquets de votre tente sans trop forcer et sans se pencher. Taillez-la de la bonne dimension pour qu’elle s’adapte bien à l’encoche du piquet.

Maintenir une structure d’abri sans corde… Vous pourriez maintenir une structure d’abri conventionnel à partir de gros «Y» et d’arbres vivant. Il suffit de bien appuyer la poutre maitresse à un arbre, le retenir avec le «Y» et laisser faire la gravité.

http://survieboreale.com/wp/abri-conventionnel/

Bien des choses d’énumérées et faciles à réaliser, mais vous avez surement remarqué que je parle de couper, fendre, encocher, aiguiser…alors, n’oubliez pas votre outil de coupe.

Beaucoup de possibilités pour une si petite pièce de bois accessible partout. À retenir afin d’en mettre plein la vue à vos accompagnateurs lors de votre prochaine sortie forestière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *