La banique

Partage:

Ce petit pain artisanale qui tire son nom de l’écossait « Bannock » fit son apparition en Amérique avec le début de la colonisation et non, comme la plupart le pense, des Amérindiens. La banique fut la base des menus d’expédition des coureurs des bois et trappeurs d’autrefois et demeure toujours d’actualité pour plusieurs d’entre nous qui côtoyons les grands espaces.

Vraiment simple à confectionner, elle ne contient que quelques ingrédients de base. De la farine (3 mesures), de l’eau (une mesure), de la poudre à pâte (une pincée) et du sel (une pincée).

Mais à partir de cette base, on peut laisser aller son imagination pour varier son apparence et son gout en y ajoutant, du lait (en poudre ou pas), des œufs (en poudre ou pas), de la cassonade, des fruits, etc…

Donc, on mélange tous les ingrédients secs dans un bol pour ensuite y ajouter l’eau en pétrissant le tout qui aboutira en une sorte de pâte plus ou moins dense. Varié la quantité d’eau pour obtenir la consistance voulu. On y verse les fruits avant le façonnage final en petit pain, galette ou bâtonnet.

La cuisson peut varier selon les gouts ou les moyens de chacun. À la poêle (huile ou beurre pour la cuisson), au four, sur pierre, directement sur la surface du poêle à bois (sur un lit de farine pour cette cuisson) ou encore enroulé à un bâton directement au-dessus du feu. Elle prend plus ou moins 20 minutes selon l’épaisseur.

Sur les photos : La recette de base avec ajout de zeste de citron et canneberge…

Bon temps des fêtes et début d’année 2018!

Une réponse sur “La banique”

  1. Petit astuce rapide… à la maison, mettre la préparation dans un sac ziploc. Une fois en camping, mettre l’eau directement dans le sac et mélanger. Pas de vaiselle à faire… Dans notre famille, c’est devenu notre déjeuner classique de camping sauvage!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *